planification

Progression pédagogique

La progression organise le travail du formateur. Cette progression, appelée également itinéraire de formation, résulte de la succession des objectifs intermédiaires, hiérarchisés, que doivent atteindre les jeunes joueurs pour accéder à l’objectif final

Notion de plan de formation -> VOIR TABLEAU

L’organisation annuelle

La maîtrise du temps est un souci constant de l’éducateur : Il n’existe guère d’autre solution que de planifier les entraînements avec précision.

Sans programmation, le danger est grand de ne pas avoir le temps de " finir le programme "…

Mais cette programmation n’est qu’indicative. Une progression trop « serrée », par exemple calculée sur 35 semaines ouvrables, sans prise en compte des temps nécessaires de bilans de savoirs, d’impondérables de toutes sortes, accule dès le départ à un contrat non tenu. Il faut donc aménager des possibilités d’ajustement en cours de saison.


Notion de programmation annuelle -> VOIR TABLEAU


Pour concevoir une programmation annuelle, plusieurs éléments sont à prendre en compte :


Le découpage de la saison

Le découpage le plus commode, qui correspond le mieux aux rythmes des joueurs, est celui qui se cale sur les congés scolaires. On peut ainsi distinguer cinq périodes de six à huit semaines (selon l’Académie et la zone à laquelle elle appartient).
  • 1ére période : de la rentrée aux vacances d’automne
  • 2éme période : des vacances d’automne à celles de Noël
  • 3éme période : des vacances de Noël à celles d’hiver
  • 4éme période : des vacances d’hiver à celles de printemps
  • 5éme période : des vacances de printemps à celles d’été.


Le "crédit - temps

Il faut tenir compte dans le calcul du nombre d’entraînements réellement disponibles :
  • De la politique du club, de la disponibilité des installations sportives et de la motivation des joueurs pour définir le nombre de rendez-vous « football » par semaine…
  • Des jours fériés qui «tombent» sur le même jour de la semaine que celui prévu pour l’entraînement
  • De la possibilité ou non de programmer des entraînements voire des « mini stages » pendant les vacances scolaires…

Ce premier repérage qui sera affiné par la suite, permet de définir une sorte de «crédit temps» disponible pour l’éducateur.

Il faut aussi exploiter, rentabiliser tous les créneaux qu’offre chacun de ces rendez-vous…

L’échauffement d’avant match, par exemple, trop orienté vers une préparation physique (nombreux exercices sans ballon) peut, là encore, augmenter le «crédit temps» de l’éducateur. Effectivement, vingt minutes d’exercices ou de jeux techniques, avant chaque rencontre, multipliées par une trentaine de matchs au cours de la saison peuvent représenter un nombre conséquent d’heures effectives d’entraînement !

La période d'observation

Les différentes périodes n’ont pas la même fonction. Le mois qui suit la rentrée est une période d’observation et de prise de contact avec les joueurs. Après les vacances d’été, les joueurs ont besoin de raviver leurs souvenirs, de s’adapter à un nouveau rythme et à de nouvelles exigences. L’éducateur doit observer son équipe pour la connaître et se faire une idée, la plus exacte possible, des ressources des joueurs et de leurs besoins.

Il faudra aussi préciser les règles, forger des habitudes d’entraînement, créer des liens.

La période des bilans

On reproche souvent au calendrier des rencontres de bousculer les fins de saisons qui s’effilochent au gré des dates, de tournois, des finales de coupe, des matchs en retard... Pourtant, les dernières semaines sont importantes pour permettre de récapituler les apprentissages de la saison et préparer les joueurs à accéder à la catégorie supérieure.

Les dernières semaines de la saison sont aussi un moment privilégié où le joueur s’interroge sur ses projets et sur les moyens les plus adaptés à leur réalisation.

L'analyse du programme

Après avoir défini, le crédit temps dont on dispose, la seconde tâche consiste à analyser le programme pour déterminer quels apprentissages y sont prescrits. Les programmes ne sont pas des listes de contenus destinés à être traités tels quels. Ce sont des ensembles complexes sur lesquels un véritable travail d’analyse et d’interprétation doit être fait, pour trouver les meilleures adaptations possibles.

Dans la conduite des entraînements, les différents aspects du programme, les différents domaines de compétences doivent être articulés et non simplement additionnés.