Comprendre l'enfant et sa relation au football



Généralités
L'enfant de 3 à 6 ans
L'enfant de 6 à 10 ans
L'enfant de plus de 10 ans

Généralités

L'enfant n'est pas un adulte en miniature, sa mentalité n'est pas seulement quantitativement mais aussi qualitativement différente de celle des adultes , si bien qu'un enfant n'est pas seulement plus petit, mais aussi diffèrent.

CLARAPEDE - 1937

a) L’entraînement ne peut donc pas être "un entraînement pour adultes réduits".

L’une des raisons essentielles de cette thèse est fournie par le fait que l'enfant ou l'adolescent, à l'inverse de l'adulte, se trouve encore en période de croissance. Son organisme subit un grand nombre de transformations physiques, psychiques et psychosociales. Elles imposent des limites à la capacité d’entraînement.
Mais...

b) L'enfant a besoin, pour un développement psychologique harmonieux, d'une certaine quantité de mouvements.

Le mouvement étant considérablement réduit à l’école (position assise prédominante), l’entraînement corporel doit être encouragé, surtout durant l'enfance, en tenant compte de l’âge et du niveau de développement des enfants.

c) Synthèse:

cesarfoot, enfant, contenu pédagogique, introduction
La pratique d'un entraînement de compétition, pour ces jeunes, doit se faire en ayant en point de mire, une série de conditions préalables.

L'enfant doit subir un examen général orthopédique et un examen interne susceptibles de dépister tous les problèmes potentiels du système moteur actif et passif, ainsi que du système cardio-pulmonaire. Cet examen doit être renouvelé à intervalles réguliers afin d’éviter un éventuel surmenage (surentraînement).

Tout entraînement à la performance doit se faire de façon volontaire et non sous la pression des parents ou de l’entraîneur.

L’entraînement doit être structuré en fonction de l’âge et des données psychophysiques des enfants.

L’entraînement ne doit pas interférer avec la formation scolaire.

L’entraînement doit laisser aux enfants assez de temps disponible pour se consacrer à des sources d’intérêts autres que sportives.

1) Particularités

  • Les enfants, ne grandissent pas de façon continue, mais par poussées (bonds).
  • L’âge chronologique peut être diffèrent de l’âge biologique.

    Dans les milieux scolaires, on peut observer parfois, une différence de cinq ans entre l’élève physiologiquement le plus jeune et l’élève le plus âgé. Dans le domaine sportif cette différence peut aller jusqu’à sept ans.


L’organisation de championnats sportifs est futile car les compétitions ont lieu par catégorie d’âge.

Les sujets précoces ont une capacité de performance et une aptitude à l'effort supérieures dans tous les domaines de la condition physique (force, vitesse, endurance).

* Les chances de victoire et de bon classement leurs appartiennent presque exclusivement.

Les enfants à développement normal et surtout plus lent, supportent mal cette comparaison.

2) Brèves caractéristiques des différents âges et conséquences pour l'entraînement.

Pour optimiser l’entraînement des enfants, il est nécessaire d'avoir quelques connaissances de base sur les particularités psychophysique inhérentes aux différents âges.

Seules ces connaissances permettent la mise en place d'un entraînement en conformité avec l’âge et le niveau de développement, les désirs et besoins des enfants.

La répartition ci-après ne doit pas être considérée comme étant immuable, mais au contraire, comme un guide car les transitions sont souples et soumises en partie à des variations individuelles considérables.


De 3 à 6-7 ans

Durant cette période, les enfants présentent une curiosité marquée pour tout ce qui est inconnu particulièrement entre 4 et 5 ans : c'est l'âge des questions. Ils montrent également un goût prononcé pour les histoires, un instinct gestuel et ludique développés et une prédisposition pour apprendre.

Cependant, une faible capacité de concentration est à l'origine du changement fréquent d’activité à cet âge.

Sur le plan social, les capacités motrices jouent un rôle important dans le processus d’intégration.

Celui qui court vite, attrape bien le ballon, grimpe bien, jouit d'une grande considération et devient rapidement un partenaire de jeu honoré.

La faculté motrice contribue pour une part non négligeable à accroître la capacité sociale d'action et un sentiment de valorisation.

Conséquences pour la pratique de l'entraînement:

caractéristiques de l'enfant de 3 à 6 ans pour la pratique du football
Les enfants d’âge préscolaire ont un grand besoin d'activités motrices variées, sollicitant l'imagination, les incitant à courir, sauter, ramper, grimper, gravir et pratiquer des exercices d’équilibre, à se suspendre, à tourner sur eux-mêmes, à se balancer, à tirer, pousser et porter, à lancer, ainsi qu'à dribbler, shooter et marquer des buts.

On comprend aisément que toute restriction apportée au jeu chez l'enfant préscolaire, est défavorable à son développement intellectuel.


De 5-6 ans jusqu'à la 10ème année

A ce niveau d’âge, l'enfant doté d'une motricité débordante et d'un intérêt enthousiaste pour le sport, présente un comportement gestuel fougueux qui, à la fin de cette période, va diminuer pour se normaliser. Il présente également un bon équilibre physique, une attitude optimiste voire une insouciance et une assimilation sans discernement de connaissance et d'habilités.
Cette période est très favorable à l'apprentissage.

Cependant la capacité très développée à cet âge à appréhender en un clin d'oeil de nouvelles habiletés motrices ne va pas de pair avec la capacité à fixer les gestes appris (effacement des boucles motrices).

Conséquences pour la pratique de l'entraînement :

l'enfant de 6 à 10 ans et ses caractéristiques dans la pratique du football
L’élargissement du répertoire gestuel et l’amélioration des capacités de coordination sont au cœur de la formation sportive du premier et du second âge scolaire.

Les bases devront être exploitées pour apprendre un grand nombre de techniques élémentaires grossièrement coordonnées et qui seront affinées par la suite.

L’enthousiasme sportif des enfants doit aussi être utilisé par une pratique motivante, accompagnée de nombreuses expériences de réussites, afin de développer chez eux des attitudes et des habitudes qui par la suite garantiront une activité sportive durant la vie entière.


De la 10ème année jusqu'à la puberté

Il commence vers la 10ème année et se poursuit jusqu’à la puberté.

Cette période est généralement la plus propice pour l'apprentissage, du fait notamment de l'amélioration du rapport "charge - force" : les proportions corporelles deviennent harmonieuses et un accroissement de force relativement marqué par rapport au faible accroissement de la taille et du poids, permettent aux enfants d'élever leur maîtrise corporelle.

l'enfant de 11 ans et plus et ses caractéristiques pour la pratique du football
En effet, c'est vers l’âge de 10-11 ans que l'appareil vestibulaire (organe de l’équilibre ) et les autres analyseurs atteignent rapidement une maturation morphologique et fonctionnelle.

Conséquences pour la pratique de l'entraînement :

Le " MEILLEUR AGE POUR APPRENDRE " doit assurer l'acquisition des techniques sportives de base sous leurs formes élémentaires et, dans certains cas, plus élaborées par le biais d'une pratique rationnellement orientée.

L’élargissement du répertoire gestuel ne doit toutefois pas être un pêle-mêle médiocre de gestes à demi appris, mais des habiletés motrices précises.

L’excellente capacité d'apprentissage doit être exploitée d’emblée pour l'assimilation de gestes précis.

Il faut faire extrêmement attention de ne pas automatiser des gestes erronés afin d’épargner par la suite un réapprentissage.