Capital personnalité

Dans le cadre de son activité, par rapport à ses joueurs et à son environnement, l'attitude, le comportement de l'éducateur revêt une importance phénoménale. On sait qu'il existe toute une gamme de comportements chez l'individu qui influe sur l'envie qu'ont les gens de faire telle ou telle chose avec lui.


Etre responsable

L'éducateur doit se positionner, il est le responsable du groupe, il n'est pas question d'être trop fraternel. Et cette position est rassurante pour le joueur, car il n'est pas question non plus d'avoir une attitude dictatoriale.
L'éducateur doit créer dans son groupe, un label, une adhésion, une identité.


Avoir une grande disponibilité d'écoute

Pris par son flot d'activités, l'éducateur a souvent une attitude trop projective : il pense pour l'autre, agît pour l'autre et se soucie même parfois peu de ce que pense l'autre. Il oublie alors une attitude fondamentale : avoir une grande disponibilité d'écoute. En conférant à ses joueurs une écoute attentive, il leur accorde estime et récompense. Il faut donc amener les joueurs à parler d'eux, de ce qu'ils font, notamment dans le cadre de situation individuelle informelle. De plus, lorsqu'il souhaite comprendre ce qui marche ou ce qui ne marche pas, il faut apporter du temps d'écoute....


Faire preuve d'imagination

Entraîner est une activité où il y a beaucoup de répétitions : il faut donc faire preuve de beaucoup d'imagination. L’activité d’éducateur, c'est trois verbes : Anticiper ; Surprendre et Aérer.

Anticiper, parce que s'il copie les autres, il a toujours un temps de retard.

Surprendre, parce qu'il ne faut pas laisser la monotonie s'installer, il faut imaginer, innover tout en ayant conscience que l'efficacité prime sur la variété.

Aérer, parce que l'éducateur doit être capable par son style, son humour, de relâcher la pression, d'aérer une atmosphère tendue et stressante.


Avoir un langage direct

Il faut être très clair lorsque l'on parle à ses joueurs, "Voilà ce que j'attends de vous...", "Vous allez faire ceci ou cela...", et non utiliser un langage approximatif du type " Vous allez essayer...", "on va faire l'impossible..." ou encore "il faut y aller...".
Il faut un langage direct et un langage positif. Il est préférable de dire "fais des passes vers l'avant !", plutôt que "ne fais pas de passe en retrait!".


Faire preuve d'exemplarité

Si l'éducateur souhaite et exige que ses joueurs soient ponctuels, il doit s'interdire tout retard.
Il y a, surtout au niveau d'un groupe de jeunes, vingt paires d'yeux qui regardent, étudient pour ne pas dire espionnent l'attitude de l'éducateur et ses agissements.

Si l'éducateur souhaite que ses joueurs fassent preuve au cours d'une rencontre, de lucidité dans l'effort et qu'ils gardent une bonne maîtrise gestuelle, il ne doit pas vociférer sur son banc de touche chaque fois que l'arbitre sanctionne injustement ou non son équipe. Pour être maître de l'adversaire, il faut être maître de soi.

L'éducateur véhicule par son exemple une notion éducative fondamentale. Il doit créer un haut degré « d'admirabilité » chez ses joueurs.


Avoir le goût du risque

L'éducateur doit également aimer le jeu, le risque, l'initiative, il ne faut surtout pas que les joueurs ressentent une certaine fébrilité de la part de leur coach. L'éducateur est un "réducteur d'incertitude", il est celui qui met les joueurs dans des conditions psychologiques les plus favorables pour passer la compétition avec succès.


Etre combatif

L'éducateur est un combatif et c'est dans la défaite qu'il doit faire preuve principalement de combativité.
Il ne doit pas évoquer la malchance ou rejeter la faute sur des causes extérieures. Il ne doit formuler aucune critique excessive qui pourrait nuire à la dynamique du groupe.

Au contraire il doit maîtriser sa déception et préparer son équipe pour le prochain match en lui communiquant au cours de la semaine d'entraînement, toute la force morale qu'il a emmagasinée après la défaite.


Faire preuve de générosité.

Même si ce n'est pas très évident dans une société égocentrique et individualiste, l'éducateur doit donner une partie de lui-même, il doit aimer ses joueurs, savourer leurs progrès et leurs succès. Le talent d'un éducateur est de faciliter l'épanouissement de ses joueurs.


Attacher de l'importance au détail

En sport ou dans la vie en générale, il n'est aucun détail que l'on peut laisser passer sous prétexte qu'il n'est pas important. Le détail c'est fondamental.

Les jeunes, aujourd'hui, sont très critiques, l'éducateur doit faire preuve de beaucoup de professionnalisme, d'une grande rigueur, il doit être très exigeant avec lui-même et avec l'équipe, à la limite du perfectionnisme.

Maitrîser l'enjeu

Il faut faire preuve d'une grande prudence lorsque l'on aborde l'aspect compétitif. Il est préférable de mettre la pression sur le jeu, sur les consignes à respecter, sur l'énergie à dépenser, sur la concentration, sur la prise de risque, que sur l'enjeu même de la rencontre.

Le responsable du résultat c'est l'entraîneur, et il ne doit pas impliquer ses joueurs dans un domaine où il est responsable.


Etre enthousiaste.

Le cœur n'a pas d'âge ! L'éducateur de jeunes doit faire preuve de beaucoup d'enthousiasme. L'enthousiasme est une forme de bonne humeur, de disponibilité, "Rien ne se fait sans enthousiasme". L'entraîneur par sa passion, par son enthousiasme se protège de l'amer, se protège de l'aigri.


Savoir "jouer" sur les qualités du joueur.

Quand on a l'habitude de vivre avec des joueurs, on en vient quelquefois à oublier leurs points forts et à se focaliser maladroitement sur leurs défauts.


Il faut être très vigilant envers ce phénomène.


Surprendre

Un bon éducateur doit être capable de changer rapidement d'attitude, naturellement, sans se forcer, simplement au feeling.

Il doit être capable aussi bien de faire preuve d'autorité, de fermeté, à la limite du dirigisme et puis quelques instants après si la situation l'exige, faire preuve d'une tolérance plus grande, être beaucoup plus laxiste.


Etre stratège.

La pensée stratégique est tout le contraire de la pensée intuitive. Le stratège décide que ses joueurs doivent atteindre tel objectif, en fonction de leurs qualités, de leurs caractéristiques, en fonction de ce qu’ils sont capables de réaliser. Ensuite il met tout en oeuvre pour y parvenir.
Au niveau de l’initiation, si l'éducateur se situe dans un cycle dans lequel il veut rendre ses joueurs capables de tirer au but, il va organiser son équipe pour que tous les joueurs puissent évoluer alternativement en position offensive et non pas les spécialiser prématurément à des postes (attaquants - milieux - défenseurs - gardien).
Articles: